Les sociétés d’investissement immobilier en Espagne augmentent leurs bénéfices

Les SOCIMI sont des entreprises cotées en bourse dont la règlementation applicable prévoit une série d’avantages fiscaux. Elles se consacrent principalement à l’acquisition d’actifs immobiliers, de bureaux, de bâtiments, de centres commerciaux ou d’hôtels, pour leurs locations et/ou la possession de parts dans le capital social d’autres SOCIMI. Les bénéfices qu’ils génèrent sont exonérés de l’impôt sur les sociétés, quand au moins 80% des revenus de chaque exercice proviennent de locations d’immeubles et/ou des dividendes ou participations aux bénéfices d’autres SOCIMI.

Elles doivent également avoir investi au minimum 80% de leurs actifs en biens immeubles de nature urbaine destinés à la location, en terrains destinés à la promotion des biens immeubles ainsi qu’en parts dans le capital ou patrimoine d’autres SOCIMI.

De plus, les actions des SOCIMI doivent être admises à la négociation dans un marché règlementé ou un système multilatéral de négociations.

En 2015 s’est produite en Espagne l’éclosion de ces sociétés cotées, dans lesquelles investissent les grandes fortunes traditionnelles et les principaux fonds d’investissement au niveau mondial. Les SOCIMI ont aussi multiplié leurs investissements, en augmentant significativement leur portefeuille de bureaux et autres immeubles.

En Espagne il existe quatre grandes SOCIMI qui sont cotées sur le marché continu espagnol (Merlin Properties, Hispania, Axiare et LAR) et dont les revenus ont triplé l’an dernier.

En plus, il existe un système multilatéral de négociation connu comme le Marché Boursier Alternatif (MAB) et qui pourrait être défini comme la Bourse des PME qui comprend déjà 13 SOCIMI. Le MAB se présente comme le système boursier le plus adapté aux SOCIMI puisqu’il est plus flexible que les Bourses traditionnelles et qu’il n’est pas sujet à l’intense et ardue régulation des marchés officiels. Il s’agit en définitive d’un marché des actions qui, par ses caractéristiques de régulation et de fonctionnement est orienté vers les entreprise de petite et moyenne taille, avec des coûts et des procédés adaptés aux caractéristiques de ces dernières, en leur facilitant l’accès au financement et en maintenant en même temps des niveaux adaptés de transparence et d’information, ce qui génère donc la confiance nécessaire des investisseurs à leur participation dans le marché.

Les prévisions des analystes pour ces porteurs d’investissements, reposant sur des arguments comme la rentabilité des dividendes offertes par les SOCIMI et les chiffres positifs du marché immobilier, sont optimistes et les perspectives de rendement pour le secteur oscillent entre 3% et 5%.

En définitive, cette figure permet l’investissement en actifs immobiliers de manière professionnelle et diversifiée, avec un portefeuille qui peut aller du logement jusqu’à des hôtels ou locaux commerciaux et, de plus, de façon relativement sûre. Dans ce sens, le faible risque lié à la nature de son marché (location de bâtiments sélectionnés préalablement par ses gestionnaires) fait que les SOCIMI s’apparentent dans un certain sens à un produit de rente fixe mais avec une rentabilité sous fourme de dividendes qui peut atteindre plus de 3%.

Cet article ne relève pas du conseil juridique

José María Mesa

Diplômé en Droit et en Administration d’entreprises, José María Mesa est spécialisé dans les contrats commerciaux, le droit des sociétés et les fusions et acquisitions en Espagne. Langues de travail : espagnol et anglais. Envoyez votre consultation à Contactez Maître Mesa